Défi n°1 : Arrêter le lait de vache

Hey, hey, hey, l’aventure commence ici, un premier défi pour attaquer la semaine… Et une nouvelle qui vous bouleversera surement autant que moi : Le lait de vache au doux souvenir d’enfance n’est finalement pas si bon pour la santé… Si, si, DURE nouvelle, mais laissez-moi vous faire part de mon expérience.

Après la lecture de « Pouvoir Illimitée », prête et décidée à changer, j’ai commencé par arrêter totalement le lait de vache…Oui je sais ce que vous vous dites « Oh non, moi je peux pas, j’adore trop ça » ne vous inquiétez pas, j’étais comme vous. Mais après plusieurs lectures à ce sujet on comprend mieux l’enjeu du stop et  l’adieu au lait est finalement plus simple. Pourquoi arrêter le lait de vache ? La CASEINE , principale protéine du lait de vache est la première responsable. Il s’avère en réalité que l’humain n’a pas besoin d’elle et que nourrissons et adultes ont beaucoup de mal à la digérer.

Cette protéine partiellement digérée, pénètre dans le sang et irrite les tissus, créant  alors une sensibilité aux allergènes. Finalement, le foie doit extraire ces protéines partiellement digérées. Un véritable fardeau supplémentaire pour tout le système excrétoire. Des termes assez barbares je vous l’accorde, mais on intègre rapidement que le lait n’a finalement pas de si bonnes vertus.

Alors pas de panique, mieux vaut tard que jamais, prenez vous au jeu et acceptez mon premier défi : Dites stop au lait de vache et entamez votre changement.

PS : Petite astuce pour tenir le coup, optez pour du lait de chèvre ou encore des laits végétaux (soja, amande, coco…) pour compenser et surtout digérer mieux.

Courage et à la semaine prochaine pour un nouveau défi !

N’oubliez pas que vous êtes unique.

Le super pouvoir du matin

On est samedi et aujourd’hui, après avoir lu un article et m’être déjà dit «avec tout ce que je veux faire dans une journée, il faudrait que je me lève à 6h tous les matins!»… et bien voilà, on y est!

Enfin, là il est plutôt 6h30! Quand le réveil a sonné (oui oui, vous avez très bien lu: on est samedi et j’ai mis le réveil!) j’étais en train d’essayer de fermer des portes à clefs parce que j’avais caché des diamants… Bref, il était temps que je me lève!

Vous savez, cette sensation, quand le réveil sonne et que pendant un temps, qui paraît infini, on se demande ce qui se passe? Pour ne, finalement, émerger de mon doux lit qu’à 6h17… C’est vous dire la dureté et la violence du réveil de ce matin!

En vérité cela fait déjà 2 semaines que je dois le faire et que non! Parce que la première semaine et bien, c’était la première semaine! Et la seconde, me direz-vous? J’ai eu un rhume (à ne pas confondre avec «j’ai bu un rhum» parce que l’état est le même, mais ce n’est pas vraiment pareil!)

Mais ce matin, tentée par l’éteinte du réveil et le rendormissage chronique, je me suis souvenue que j’avais des analyses de sang… Ah ah aaaaaah! Alors, oui, c’est un peu ça qui m’a extirpé des bras de Morphée, j’avoue. Parce qu’une fois n’est pas coutume, mon Bon Critique Intérieur (BCI pour les intimes ou l’anti-coach de service), il remplace le petit diablotin sur l’épaule gauche, vous voyez de qui je veux parler?! Celui-là même qui est partisant du moindre effort et qui tente régulièrement de me corrompre a à nouveau failli sévir. Il m’a proposé d’aller faire ces analyses lundi matin, plutôt. C’était sans compter sur mon Coach Intérieur qui a pris le dessus en disant (oui vous allez voir il est très fort): «Non! (et autoritaire aussi) tu avais marqué sur ta liste que cela devait être fait ce weekend et de toute façon lundi ce sera le même cinéma!» Grande force de persuasion ce Co-In, chapeau!

Et puis, je repense à cet article où il est dit de faire 10min de méditation: Oh chic! Ca aussi c’est un truc que je veux mettre en place depuis un moment… mais je n’ai pas de moment!