Mon Blog

Addiction au sucre ? Défi n°2 : Le fait maison pour plus d’équilibre

Addicte au sucre, les méthodes pour dire stop
 Après avoir dit stop au lait de vache,  dites maintenant Adieu aux sodas, boissons sucrées, édulcorées, bonbons ou encore biscuits industriels car le changement c’est maintenant ! Un nouveau défi, dire stop à votre addiction au sucre. Dire stop à celui qui ravit vos papilles et vous culpabilise une fois la première bouchée gourmande engloutie. Contrôler sa consommation ne signifie pas pour autant arrêter de se faire plaisir. Bien au contraire c’est plutôt apprendre à faire soi-même pour mieux maîtriser ce que l’on mange et surtout prendre conscience que le fait maison c’est non seulement bon pour la santé mais aussi pour l’esprit.
Wow, les amoureux du chocolat et d’autres plaisirs sucrés doivent déjà sentir leurs petits cœurs palpiter mais si je vous en parle, c’est surtout parce que j’ai testé ce défi et que j’en suis ravie !

 

A n’importe quel moment de la journée votre estomac gronde et réclame glace, biscuit, chocolat ou tout autre produit pouvant stopper votre pulsion sucrée ? Si c’est le cas vous êtes bel et bien addicte au sucre, tout comme je l’étais. Mais pas de panique, chaque étape vous emmène un peu plus sur le chemin du changement et d’une vie plus équilibrée. Munissez-vous donc des recettes de vos grand-mères et ré-apprenez à cuisiner sain et maison. Une méthode radicale pour dire au revoir au migraines et rhumes récurrents et faire le plein d’énergie ! Corps et esprit vous remercieront de cette attention particulière et la fierté de réussir vous permettra d’aller sur le chemin de nouveaux défis.

 

Attention, A vos fourneaux le défi commence !

 

Vous pouvez tout entreprendre

Gestion du temps et de l’urgence

Le bien être en entreprise repose aussi et surtout sur la gestion du temps et des urgences. Un sujet qui nous touche tous, chefs d’entreprise, salariés ou sans-emplois, la course à la montre peut être neutralisée en adoptant les bonnes habitudes.

Indispensable de revoir alors nos classiques pour mieux les interpréter et utiliser ces bonnes pratiques au quotidien.

La matrice d’Eisenhower

« Ce qui est important est rarement urgent et ce qui est urgent rarement important »

Vous me direz plus facile à lire qu’à faire, mais cette matrice demeure tout de même le socle de la gestion du temps, entre urgence et importance peu d’entre nous savent faire la différence et pourtant cette subtilité changera sans doute votre vie.

Conçue par Dwight David Eisenhower, cette matrice vous permettra de classer et catégoriser efficacement vos différentes tâches pour ainsi leur donner un ordre de priorité. Elle comprend ainsi 4 catégories de tâches :

  • La première celle des activités que vous jugez importantes et urgentes, celles ci doivent être exécutées immédiatement et par vous.
  • La deuxième celle des activités que vous jugez importantes mais peu urgentes. Ces tâches doivent alors être planifiées et exécutées par vous-même.
  • Troisième catégorie, les activités urgentes mais peu importantes, ce sont celles que vous devez déléguer rapidement
  • Enfin, quatrième catégorie, les activités peu urgentes et  peu importantes, celles ci ne sont en réalité pas des tâches et sont donc à éliminer.

matrice d'eisenhower

Cette logique n’est en fait pas innée et se travaille pour en tirer les meilleurs bénéfices. Mon activité de coach vise entre autres à vous conseiller et accompagner ces petits changements qui, mis bout à bout, participeront activement à votre bien être en entreprise.

Miam miam miam : Alimentation, première étape du changement

En intégrant une formation au coaching, j’ai découvert « Pouvoir illimité » et son auteur Anthony Robbins  (Aaaaah). Ô Révélation ! J’ai donc fait de Robbins mon mentor (il n’est pas encore au courant) et de « Pouvoir illimité » ma bible !

Bien que TOUS les chapitres soient incontournables, aujourd’hui, j’ai choisi de vous parler de celui sur le carburant (l’alimentation, quoi !).

La première étape du changement de vie est bel et bien ici… Bien sûr, moi je n’ai pas du tout commencé par-là ! Je n’ai jamais fait de régime (aucune volonté) et j’ai toujours pratiqué le sport, plus ou moins (plus moins que plus, mais quand même). MAIS, ma bouée, que l’on appelle « ventre » chez les autres, était malgré tout, toujours là ! Je me suis donc résignée à la garder à vie, en me disant qu’un jour, en cas de noyade, elle me sauverait.

Bref, dans mon processus de changement j’avais tout balayé, sauf ça !

C’est alors que je suis tombée sur ce chapitre et une phrase incontournable dans ma pratique « testez et vous verrez ». Ni une, ni deux, j’ai testé ! Résultats : j’ai pris de nouvelles habitude, ai changé d’alimentation, détoxifié mon corps en moins de deux et perdu les 5 kilos en trop que je traînais depuis mes 25 ans (j’en ai 33…imaginez un peu !). Second miracle, ma bouée de « sauvetage » a disparu ! Alleluiaaaaaa ! Sans compter que je me sens bien moins fatiguée qu’avant.

Alors préparez-vous à remettre en question les idées auxquelles vous avez toujours cru ainsi que les notions de santé publique. Je vous propose de tester ces pratiques et conseils pour une meilleure alimentation, sur la période qui vous conviendra (10, 20, 30 jours ou plus) et d’en juger  les résultats par vous-même. Chaque semaine je vous proposerai de tenter de répondre aux défis du programme pour changer progressivement vos habitudes et vous sentir mieux…

Prêts à changer votre alimentation et entamer votre changement ?

Premier défi – Arrêter le lait de vache

Défi n°1 : Arrêter le lait de vache

Hey, hey, hey, l’aventure commence ici, un premier défi pour attaquer la semaine… Et une nouvelle qui vous bouleversera surement autant que moi : Le lait de vache au doux souvenir d’enfance n’est finalement pas si bon pour la santé… Si, si, DURE nouvelle, mais laissez-moi vous faire part de mon expérience.

Après la lecture de « Pouvoir Illimitée », prête et décidée à changer, j’ai commencé par arrêter totalement le lait de vache…Oui je sais ce que vous vous dites « Oh non, moi je peux pas, j’adore trop ça » ne vous inquiétez pas, j’étais comme vous. Mais après plusieurs lectures à ce sujet on comprend mieux l’enjeu du stop et  l’adieu au lait est finalement plus simple. Pourquoi arrêter le lait de vache ? La CASEINE , principale protéine du lait de vache est la première responsable. Il s’avère en réalité que l’humain n’a pas besoin d’elle et que nourrissons et adultes ont beaucoup de mal à la digérer.

Cette protéine partiellement digérée, pénètre dans le sang et irrite les tissus, créant  alors une sensibilité aux allergènes. Finalement, le foie doit extraire ces protéines partiellement digérées. Un véritable fardeau supplémentaire pour tout le système excrétoire. Des termes assez barbares je vous l’accorde, mais on intègre rapidement que le lait n’a finalement pas de si bonnes vertus.

Alors pas de panique, mieux vaut tard que jamais, prenez vous au jeu et acceptez mon premier défi : Dites stop au lait de vache et entamez votre changement.

PS : Petite astuce pour tenir le coup, optez pour du lait de chèvre ou encore des laits végétaux (soja, amande, coco…) pour compenser et surtout digérer mieux.

Courage et à la semaine prochaine pour un nouveau défi !

N’oubliez pas que vous êtes unique.

Une rencontre qui déchire !

Elle est belle, elle est drôle, elle adoooore les chats et en plus elle dessine divinement bien : Je vous présente Liloo du blog www.bigboobsandlittletoes.com, à qui j’ai confié la lourde tâche d’effectuer mes illustrations ! Allez y faire un tour : riez, likez et partagez car ses dessins sont un délice 🙂

Le super pouvoir du matin

On est samedi et aujourd’hui, après avoir lu un article et m’être déjà dit «avec tout ce que je veux faire dans une journée, il faudrait que je me lève à 6h tous les matins!»… et bien voilà, on y est!

Enfin, là il est plutôt 6h30! Quand le réveil a sonné (oui oui, vous avez très bien lu: on est samedi et j’ai mis le réveil!) j’étais en train d’essayer de fermer des portes à clefs parce que j’avais caché des diamants… Bref, il était temps que je me lève!

Vous savez, cette sensation, quand le réveil sonne et que pendant un temps, qui paraît infini, on se demande ce qui se passe? Pour ne, finalement, émerger de mon doux lit qu’à 6h17… C’est vous dire la dureté et la violence du réveil de ce matin!

En vérité cela fait déjà 2 semaines que je dois le faire et que non! Parce que la première semaine et bien, c’était la première semaine! Et la seconde, me direz-vous? J’ai eu un rhume (à ne pas confondre avec «j’ai bu un rhum» parce que l’état est le même, mais ce n’est pas vraiment pareil!)

Mais ce matin, tentée par l’éteinte du réveil et le rendormissage chronique, je me suis souvenue que j’avais des analyses de sang… Ah ah aaaaaah! Alors, oui, c’est un peu ça qui m’a extirpé des bras de Morphée, j’avoue. Parce qu’une fois n’est pas coutume, mon Bon Critique Intérieur (BCI pour les intimes ou l’anti-coach de service), il remplace le petit diablotin sur l’épaule gauche, vous voyez de qui je veux parler?! Celui-là même qui est partisant du moindre effort et qui tente régulièrement de me corrompre a à nouveau failli sévir. Il m’a proposé d’aller faire ces analyses lundi matin, plutôt. C’était sans compter sur mon Coach Intérieur qui a pris le dessus en disant (oui vous allez voir il est très fort): «Non! (et autoritaire aussi) tu avais marqué sur ta liste que cela devait être fait ce weekend et de toute façon lundi ce sera le même cinéma!» Grande force de persuasion ce Co-In, chapeau!

Et puis, je repense à cet article où il est dit de faire 10min de méditation: Oh chic! Ca aussi c’est un truc que je veux mettre en place depuis un moment… mais je n’ai pas de moment!

Quand l’inertie me tient la jambe

Cette semaine je n’ai rien fait niveau boulot, donc aujourd’hui je doit rattraper mon retard! (A la place j’écris cet article!!!) Mais comme à mon habitude je n’arrive pas à m’y mettre… je tourne, je vire, j’écris, je fais des listes (oui je suis listologue: professionnelle de la liste mais ce sera le sujet d’un autre article!), je pense à d’autres choses (salsa, ce que je pourrais mettre dans mon site, m’ouvrir un compte Paypal…) c’est pas franchement motivant!

Mais je vais me sentir tellement bien quand j’aurais bouclé tout ça qu’il faut que je me bouge! C’est fou cette tendance que l’on a à dériver si facilement dès qu’il y a un enjeu ou de la difficulté… qu’est ce qui nous pousse à agir ou pas? La peur? L’échec? La nouveauté? L’inconnu?

Je suis pourtant persuadée que de finir mes tâches en cours, va me permettre de me sentir mieux: fierté d’être arrivée au bout, soulagement de ne plus avoir les pensées polluées par ce qu’il y a à faire (et toutes ces injonctions que l’on s’inflige: «je dois…» «il faut…») et un avantage (non des moindres): avoir avancé dans mon projet, ce qui n’est pas rien! Je crois que ce qui m’ennuie aussi, c’est de savoir qu’il y a encore une tonne de chose à faire qui m’attendent derrière (ça c’est mon côté «vision globale»!) et surtout des choses que je n’ai jamais faites auparavant… sous-entendu: qui représentent un «danger» à ma zone de confort, parce qu’elles tendent à m’en faire sortir! Que c’est compliqué! (Quoi? Comment ça JE suis compliquée? Pff c’est pas vrai) Mais mon objectif final n’est-il pas celui-là, justement?

De sortir de cette zone douillette et confortable qui ne me fait rencontrer personne de nouveau, tourner en rond (et en boucle) dans ma vie (dans ma tête), rester ancrée dans cet endroit que je n’ai jamais quitté?

La réponse est : OUI! Alors je m’y met!